Blogue

Rencontrez les artisans, découvrez leur savoir-faire, partagez leur passion.

Zoom sur les marques coup de cœur, les histoires inspirantes et nos événements phares.

En vedette

Mike Eckhaus & Zoe Latta discutent de leur garde-robe avec Anjia Aronowsky Cronberg

20 juin 2019


Lorsque vous vouez votre vie à créer des vêtements, qu’aimez-vous porter? Lorsque la mode fait partie de votre quotidien, êtes-vous plus ou moins conscients de vos choix vestimentaires? Que portent les designers?

Je pense souvent aux heures que nous consacrons, nous qui travaillons dans ce domaine, à analyser la promotion de certaines tendances ou de certaines marques. Passons-nous autant de temps à réfléchir à nos propres choix? Après tout, les créateurs sont eux aussi des consommateurs. Comment magasine-t-on et s’habille-t-on afin de construire et de mettre en scène son identité de designer?

Mike et Zoe ont fondé leur compagnie, Eckhaus Latta, il y a huit ans. Je les connais depuis quatre ans. Nous avons passé de nombreux après-midi à décortiquer et à discuter de notre industrie : « Que pensez-vous de telle nomination? Avez-vous apprécié tel défilé? » Mais je ne leur ai jamais demandé comment ils se sentaient dans leurs vêtements. Aiment-ils l’image qu’ils projettent?

Anja: Comment décririez-vous votre garde-robe?

Zoe: Lorsque nous avons débuté en tant que designers, nos choix vestimentaires étaient beaucoup plus variés. Nous portions des pièces pour enfants, surdimensionnées ou encore destinées au sexe opposé. À cette époque, les designs que nous créions n'étaient pas très pratiques. Aujourd'hui, nous avons notre propre uniforme de travail : nous optons quasiment toujours pour un jeans, par exemple. Mike en porte probablement tous les jours.


Anja: Quel genre de vêtements vos parents vous achetaient-ils lorsque vous étiez enfants?

Zoe: À partir de mon premier anniversaire, il est devenu impossible pour mes parents de m'habiller. Je m'agitais et je criais jusqu'à ce qu'on me laisse enfiler ce que je voulais. Je m'étais amourachée d'une paire de chaussures Richelieu, que j'agençais généralement avec un legging et un t-shirt à imprimé de lézard appartenant à mon frère.

Mike: J'ai eu une phase Abercrombie lorsque j'étais enfant, puis une phase au cours de laquelle tous mes pantalons étaient des joggers adidas. Je portais simplement ce qui était à la mode.

Anja: Et plus tard? Lorsque vous avez commencé à acheter vos propres vêtements?

Mike: Au secondaire, j'ai entièrement délaissé cette attitude branchée. Je découpais mes vêtements, je les rehaussais de chaînes, et j'enfilais certains morceaux à l'envers. J'étais un adolescent particulièrement excentrique lorsqu'il était question d'habillement.

Zoe: Un peu plus vieille, j'ai adopté le style surf. Je me rappelle avoir demandé à mon père, qui est joaillier, de mouler la tirette du zip d'un sac à dos Quiksilver avec de l'or. Je portais cette pièce sur un collier de chanvre, comme un pendentif. Je me sentais vraiment connectée à la marque et au mode de vie de surfeuse, bien que je n'en fusse pas une.

Mike: Lorsque j'étais au secondaire, Hedi Slimane travaillait pour Dior Homme. J'ai été grandement influencé par le look skinny. Mes pantalons étaient très, très serrés. De 17 à 23 ans, je consacrais beaucoup de temps et d'attention à mes tenues. J'aimais choquer et rendre les gens mal à l'aise. Je voulais susciter une réaction. C'était très réfléchi, tout en reflétant une esthétique du genre : « je m'en fous complètement ».

Zoe: Lorsque j'étais adolescente, j'adorais Nico. Le film The Royal Tenenbaums a changé ma vie. J'ai commencé à maquiller mes yeux avec du ligneur. J'agençais des chemises de nuit blanches à mes Dr. Martens. Si j'avais à donner un conseil à quelqu'un de cet âge, je lui dirais d'expérimenter. Il faut essayer afin de savoir ce qui nous va bien.

Anja: Que portez-vous à l'heure actuelle?

Zoe: Aujourd'hui, je suis à Lima, au Pérou. Je visite des usines à tricot, alors je porte l'un de nos pantalons en tricot, qu'on pourrait aussi bien appeler des joggers. Je l'ai enfilé avec l'une de nos chemises. Le confort est très important pour moi.


Anja: Possédez-vous plusieurs exemplaires d'un même article?

Mike: Zoe disait vrai plus tôt. Je porte toujours le jeans EL ; c'est la coupe qui me va le mieux. Je le porte tous les jours, jusqu'à ce qu'il soit complètement usé. J'en achète alors une autre paire. En grandissant, j'étais obsédé par ma garde-robe. Aujourd'hui, je n'y accorde plus autant d'importance. Je suis généralement vêtu d'un t-shirt et d'un jeans. Ou d'un t-shirt, d'un jeans et d'un pull. Ou d'un t-shirt, d'un pull et d'un manteau, selon la température.

Zoe: Mike a fait une razzia dans le placard de ses grands-parents afin d'y dénicher des t-shirts. Il ne porte même pas les t-shirts Eckhaus Latta.

Mike: Je ne me sens pas à l'aise de porter des t-shirts affichant le logo de notre marque. J'adore que mon frère, mon père ou qui que ce soit le fasse. Mais moi, je ne peux pas.


Anja: Ressentez-vous parfois la pression de vous vêtir « comme des designers »?

Zoe: Bien sûr. Lorsque je donne une conférence, par exemple, je choisis une tenue plus professionnelle. Dans la vie de tous les jours, c'est une autre histoire. Je ne veux pas réfléchir constamment à ce que je porte.

Mike: Je ne possède pas beaucoup de vêtements professionnels. Si je dois avoir l'air plus soigné, j'enfile un veston par-dessus un t-shirt. Cela dit, j'ai vraiment besoin d'une chemise habillée. Un design simple et essentiel. Quelque chose qui n'est ni tâché, ni troué, ni transparent, question d'avoir l'air présentable.

Zoe: La semaine dernière, nous avons fait une séance photo à Yosemite. Mike est arrivé avec son veston. J'étais morte de rire.

Mike: J'aime les épaules structurées, en ce moment. J'aime intégrer des éléments de couture au quotidien. Ça complète bien un look.

Anja: Suivez-vous certaines règles lorsque vous vous habillez? Sinon, quelles règles les gens devraient-ils suivre?

Zoe: Nous ne suivons pas de règles bien précises. Mais je sais que Mike aime créer une silhouette triangulaire avec ses vêtements. Il préfère les épaules carrées et bien définies. De mon côté, je n'aime pas couvrir mes chevilles.

Mike: En cas de doute : optez pour une tenue plus chic. Porter des vêtements trop décontractés alors que tout le monde est élégant, c'est horrible. Ça m'est assurément déjà arrivé.


Anja: Vous êtes-vous déjà sentis inconfortables à cause de vos vêtements?

Zoe: Bien sûr. Tout récemment, on m'a amenée dans un restaurant incroyablement raffiné à Paris. J'avais l'impression d'être une sans-abri.

Mike: Paris peut facilement te faire sentir ainsi. C'est curieux. Lorsque j'y vais, je finis toujours par devenir plus critique envers ma garde-robe. À New York, tu peux arborer un look grunge et te sentir bien habillé. À Paris, ça ne fonctionne simplement pas.

Zoe: Je me souviens d'un autre moment embarrassant : nous faisions une séance photo avec une grande marque avec laquelle nous collaborions. Je devais poser avec une jupe à la taille quatre fois trop petite pour moi. Nous avons dû couper le dos. Je portais essentiellement un pagne. En public. Les fesses à l'air. J'étais très inconfortable.  


Anja: Comment magasinez-vous ? Quels designers aimez-vous?

Zoe: J'opte principalement pour des morceaux Eckhaus Latta. Et j'ai un faible pour les vêtements vintages. Par contre, c'est de plus en plus difficile de faire de belles trouvailles. Mon dernier achat, sans compter mes pièces Eckhaus Latta, était une chemise surdimensionnée Dries. Non! C'était plutôt une robe Alaïa. Le style et la couleur ne m'allaient même pas. Mais je l'ai achetée quand même.

Mike: J'adore magasiner. J'adore regarder et essayer de nouveaux vêtements. Je peux facilement me retrouver à enfiler des chaussures chez Gucci en revenant de mon cours de yoga. Je fais beaucoup de lèche-vitrine, mais je ne dépense pas. C'est important pour nous, qui travaillons dans le domaine de la mode, d'être au courant de ce que les autres font. La dernière chose que j'ai achetée était une paire de sneakers Nike. J'aime leur logo.


Anja: Vous souvenez-vous d'une expérience de magasinage particulièrement mémorable?

Zoe: Je me suis mariée tout récemment. J'ai passé une éternité à chercher les chaussures parfaites. Mike m'a aidée. Beaucoup de gens m'ont aidée. J'en ai probablement essayé une centaine. Je ne plaisante pas. Ce n'était plus drôle. J'ai fini par choisir une paire de sandales rouges lacées Proenza à talon cylindrique. Et elles sont déjà fichues.

Mike: Réellement?

Zoe: Je pourrais les porter, mais le cuir sur l'un des talons s'est arraché.

Mike: Oh mon dieu.

Zoe: C'est ma faute, vraiment. Nous nous sommes mariés dans un verger. Ces sandales n'étaient pas conçues pour marcher dans l'herbe. [Rires] Bref, je les avais agencées à une robe de notre collection printemps-été. Je savais dès le départ que c'était la bonne. Lorsque nous la créions, nous la surnommions « La robe de mariage de Zoe ». Elle était simple, ouverte dans le dos et décorée de billes. Elle était d'une teinte gris pâle légèrement bleutée, et était coupée sous le genou. Au moment où je l'ai mise, j'ai oublié que je la portais : je me sentais tellement bien.

Anja: Comment souhaitez-vous être perçus? Quel rôle vos vêtements jouent-ils par rapport à l'image que vous projetez?

Mike: Je ne veux pas que les gens s'imaginent que je mets énormément d'effort là-dessus. Tu ne veux pas avoir l'air…

Zoe: Tu ne veux pas avoir l'air hautain. Tu ne veux pas sembler te vanter ou désirer te faire remarquer. Je préfère un look sans effort. Tu sais, ces gens qui portent un jeans et un t-shirt et ont une allure éblouissante? J'aimerais être l'une de ces personnes.

Mike: Ceux qui portent les derniers designs de la saison semblent toujours en mettre trop. En tant que designer, c'est peut-être stupide de dire ça. Mais tu sais comment les gens s'habillent pour les semaines de la mode.

Zoe: Ils veulent absolument se faire remarquer.

Mike: Voilà. Ça me fait grincer des dents. Ces gens qui essaient de prouver qu'ils sont dans le coup. Lors des semaines de la mode, il y en a tellement qui s'habillent simplement pour se faire photographier. Ça ne semble pas authentique. Ils ont l'air de vrais clowns

Anja: Quel est le plus beau compliment que vous ayez reçu en lien avec votre travail?

Zoe: J'adore lorsque quelqu'un me dit qu'il a porté l'un de nos designs jusqu'à l'usure.

Mike: J'étais dans une boutique il y a quelques jours, et une femme achetait des pièces Eckhaus Latta. J'étais bouche bée. Elle devait avoir une trentaine d'années, elle avait une allure très raffinée et elle portait un grand sac Chanel. Elle semblait très confiante. Non pas que je pense que les clients d'Eckhaus Latta ne sont pas confiants. Voyez-vous où je veux en venir? Voir quelqu'un choisir et porter nos vêtements est toujours excitant et choquant. Ça ne change pas.


Découvrez notre sélection de designs signés Eckhaus Latta