Blogue

Rencontrez les artisans, découvrez leur savoir-faire, partagez leur passion.

Zoom sur les marques coup de cœur, les histoires inspirantes et nos événements phares.

En vedette

« Portrait national » et le nouvel âge de l'art

26 juin 2018

Dans quelques jours à peine, Douglas Coupland, auteur et artiste visuel canadien de grande renommée dévoilera un portrait 3D illustrant les Canadiens du 21e siècle à la Galerie d'art d'Ottawa. Nommée Portrait national, son imposante installation est la phase finale du projet d'art pancanadien 3DCanada. L'œuvre est composée de mille bustes de clients Simons imprimés en 3D lors de la visite de Coupland dans les différents magasins du pays ainsi qu'à Halifax et à Yellowknife entre 2015 et 2017.


Chez Simons, nous sommes très fiers d’être associés à cet impressionnant projet d’art qui nous démontre les avancées de la technologie. Nous avons eu la chance de discuter avec le créateur pour en savoir un peu plus sur les origines du projet, la préparation de la structure finale et ce qu’il voudrait que l’œuvre inspire au public. Voici ce qu’il avait à nous dire…
 


Douglas, qu’est-ce qui vous a donné envie de vous associer avec Simons pour ce projet?
J’ai tout de suite aimé la curiosité de Peter Simons. Lors d’une visite à mon studio, il a vu mon imprimante 3D et son visage s’est illuminé d’un coup. J’ai compris que nous étions tous les deux intéressés par l’impression 3D en tant que forme d’art.

 

Comment l'idée de la tournée 3DCanada suivie de Portrait national est-elle née?
Pendant cette même visite, nous avons discuté de la façon dont le prix des imprimantes 3D allait démocratiquement modifier l'art de réaliser des portraits et des sculptures comme la photographie avait changé la peinture. Nous assistons présentement à un changement très intéressant dans le monde artistique. Mon père était dans l'Aviation royale canadienne et j'ai grandi en étant entouré de portraits militaires. L'idée s'est donc présentée d'elle-même… comme par magie.

Pourquoi avez-vous choisi d'utiliser les imprimantes 3D pour cette œuvre?
Probablement parce que le prix est rendu abordable tout comme l'est devenu celui du fax dans les années 1990. Donc… nous l'avons fait parce que nous le pouvions! Pour la première fois de l'histoire, on peut avoir une certaine liberté avec des bustes.

Nous avons remarqué que les têtes sont déformées, qu’est-ce qui explique ce choix?
La pièce change selon les perspectives, vous pouvez le remarquer en vous promenant autour et en voyant des têtes qui apparaissent ou disparaissent. Il est impossible d’obtenir l’expérience juste à partir d’une photo, c’est à vous de bouger pour entrer en relation avec l’œuvre.

Comment avez-vous déterminé la forme finale de Portrait national. Est-ce qu’elle a une signification particulière?
Je ne peux pas dire qu’elle est terminée à 100 % pour l’instant. Nous devons essayer plusieurs choses avant de l’installer dans sa forme finale. Pour l’exposition à la Galerie d’art d’Ottawa, nous utilisons la métaphore du jardin en dirigeant tous les visages vers le soleil.

Pouvez-vous nous parler de l’assemblage de l’œuvre? Avez-vous fait face à certaines difficultés à cette étape?
Les impressions prennent beaucoup de temps. C’est un élément qui n’a malheureusement pas évolué dans la dernière décennie. Les plus gros bustes sont loooooooongs à imprimer.
 


En quoi produire le portrait de plusieurs personnes du public est différent de vos autres créations?
C’était un projet social intense qui démontre que la mémoire pour les gens et les visages est plus importante que je ne l’aurais cru. Nous sommes un petit groupe à avoir travaillé sur ce projet et même avec les années qui passent, nous nous rappelons de chaque personne qui a été scannée, pas de son nom, mais plutôt de sa personnalité et de son aura. Je pense que scanner une personne est bien différent de la photographier. Avec un scanneur et une imprimante 3D, les souvenirs sont interprétés différemment par notre cerveau. Je trouve que ça rend cet aspect très réel.

 


Qu’aimeriez-vous que les gens retiennent de cette œuvre?
Que les gens sont très beaux! Chaque personne qui a été scannée a réalisé qu’elle aiderait les humains à comprendre différemment le monde. Elles ont tous posé avec grâce et souci et brillent à leur façon à travers l’œuvre.
 

Comment pensez-vous que cette œuvre va parler aux Canadiens?
Le Canada étant ce qu'il est, j'imagine que les Canadiens vont se créer une liste mentale pour s'assurer que tout le monde a été inclus, et ensuite, j'espère qu'ils pourront apprécier les côtés physique et émotif de l'œuvre.

Ne ratez surtout pas l’exposition de Portrait national à la Galerie d’art d’Ottawa du 29 juin au 19 août 2018. Restez connecté pour découvrir où sera installée l’œuvre par la suite!

#3DCANADA